L'ensemble des mesures

Voici l’ensemble des mesures que nous proposons pour une meilleure cohabitation entre les avignonnais et les animaux.

Retrouvez ici quelques mesures détaillées.
  • Mettre à disposition un guide des bonnes pratiques pour les détenteurs d’animaux domestiques (versions papier et numérique).​
  • Mettre en place un service de fourrière éthique et opérationnel, associé à un dispositif d’accueil dans les refuges avec octroi de subventions afin de leur permettre de soigner les animaux et de les maintenir dans l’attente de leur adoption dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de leur espèce​. Envisager la mise en place d’un tel système à l’échelle communautaire.
  • Donner aux associations de protection animale les moyens d’assurer leur activité (financements, allocation de terrains communaux, mise à disposition de moyens).
  • Émettre des « cartes urgence animaux » dont le propriétaire d’un animal serait porteur afin de signaler, en cas d’accident ou de décès, la présence d’un animal à son domicile.

  • Élaborer un ​vade-mecum de l’animal en ville dédié aux habitants.
  • Créer une page web dédiée aux animaux sur le site de la mairie et intégrer ​une sensibilisation aux thématiques animales dans le bulletin municipal.
  • Créer des espaces de vie adaptés aux animaux domestiques (parcs canins, bassins, terrains clos pour chats…) et non domestiques (nichoirs pour les oiseaux, les chauves-souris et les insectes).
  • Dresser un état régulier de l’existence d’habitats d’animaux sur le territoire communal et identifier des périodes sensibles (reproductions, migrations, nidifications…) afin de prendre toute mesure de préservation préalablement à toute coupe ou tout élagage ainsi qu’à tous travaux publics (construction, démolition, entretien…), transférer les animaux recueillis vers des dispensaires ou un calendrier d’intervention adapté.

  • Préserver et créer des espaces végétalisés constituant des corridors écologiques facilitant la circulation des espèces (trames vertes, réhabilitation d’infrastructures abandonnées, ponts au-dessus d’autoroutes…).
  • Interdire la coupe des vieux arbres, refuges importants de nombreux oiseaux et insectes, sur toute la commune via les documents d’urbanisme, sauf en cas de danger avéré pour la sécurité publique.
  • Porter une politique de reforestation locale ambitieuse et de création de haies champêtres.
  • Supprimer les produits phytosanitaires ayant des impacts négatifs sur les humains, les animaux et l’environnement sur tout le territoire communal.
  • Limiter l’usage des produits toxiques dans les opérations d’urbanisme (décapage en vue de la restauration des monuments…).
  • Implanter des nichoirs à abeilles sur le territoire de la commune et accompagner leur installation chez les particuliers volontaires, dans le respect des abeilles.
  • Favoriser l’implantation de maisons à insectes sur le territoire communal.

  • Favoriser la végétalisation des immeubles, des toits des immeubles, des rues ainsi que du mobilier urbain afin de permettre aux animaux et à la flore de s’y développer.
  • Mettre en place des campagnes d’information du public concernant les bienfaits de l’alimentation à base de produits végétaux, notamment par l’intermédiaire des projets alimentaires territoriaux (PAT).
  • Instaurer au moins deux menus végétariens ou végétaliens par semaine, ainsi qu’une option végétarienne quotidienne dans les cantines scolaires publiques (crèches, écoles maternelles, primaires et collèges pour le département de Paris) et toute autre restauration collective municipale (services de la ville, EHPAD…).
  • Ouvrir des dispensaires vétérinaires publics offrant des tarifs préférentiels aux associations et aux personnes en difficulté, selon des critères déterminés tels des revenus modestes.
  • Favoriser le développement de l’offre de plats végétariens et végétaliens dans le secteur privé (restaurants, hôtel, entreprises…).