Catégories
Europe & monde

La Californie interdit la vente d’animaux d’élevage en animalerie !

Véritable exemple à suivre dans le domaine de la protection animale, la Californie continue de démontrer au monde entier qu’une autre façon de considérer les animaux est possible. En vraie pionnière de mesures phares sur le bien-être animal, elle vient d’interdire depuis le 1er janvier 2019 la vente en animaleries d’animaux de compagnie provenant d’élevages. Une révolution.

Refuser la misère de l’abandon et tout faire pour la limiter. Tel pourrait être le résumé de l’idée qui a conduit l’état de Californie a voter cette loi particulièrement innovante. Ce texte, adopté à l’unanimité par le Sénat de l’état fin 2017, vient d’être officiellement promulgué.

Désormais, les animaleries ne peuvent plus vendre d’animaux (chats, chiens, lapins) provenant d’élevages. Quand on connaît l’importance du trafic d’animaux à travers le monde (estimé comme étant le 3ème plus gros trafic illégal mondial après la drogue et les armes), et la proportion de ces animaux pouvant se retrouver en animaleries via des circuits parfois obscurs, ou encore le nombre d’élevages peu scrupuleux, cette nouvelle doit être accueillie à la hauteur de son impact : avec un profond bonheur.

Les animaleries sont donc tenues de proposer à la vente uniquement des animaux provenant de refuges. Ces animaux ont souvent vécu de profonds traumatismes : l’abandon, la douleur de perdre un maître et un foyer, des maltraitances, des foyers successifs mais toujours un retour dans la rue… Cette vie de misère n’était pas aidée par la vente d’animaux d’élevage en animalerie, organisant de fait une “concurrence” entre les deux types d’organisme. Car comme le rappelle la SPA, « un animal adopté en refuge en sauve deux : celui adopté qui part vers sa nouvelle famille, et celui qui prendra sa place pour une future adoption » ; un principe permettant de limiter évidemment le sur-encombrement des refuges et le recours parfois -malheureusement- à l’euthanasie.

Encore une fois, la France est en retard. Pourquoi, décidément et à défaut d’être précurseurs, ne pouvons-nous pas prendre exemple sur ce qui se fait de positif dans le monde, plutôt que de rester arc-boutés sur des positions ancestrales qui causent tant de souffrance ?

Mais ne restons pas sur une note négative. Souhaitant emboîter le pas à la Californie, de nombreux autres états des États-Unis vont réfléchir à adopter la même loi.

Avant une généralisation plus globale à l’échelle mondiale ? Personne ne nous empêchera de rêver.

En tout cas, un animal provenant d’un refuge procurera au moins autant de joie et de bonheur à ses maîtres qu’un autre provenant d’un élevage. Alors, en attendant d’emboîter le pas à la Californie, vous avez deux décisions simples à prendre : voter le 26 mai pour le Parti animaliste qui porte un projet dans ce sens et … ne plus acheter d’animaux provenant d’élevages dans des animaleries (et encore moins sur des sites tels que Le Bon Coin!).

Pour voir le reportage du journal de TF1 sur ce sujet, cliquez ici.


Le Parti animaliste propose :

  • l’augmentation des moyens alloués à la lutte contre le trafic d’animaux ;
  • l’interdiction de tirer un profit financier de la cession d’animaux de compagnie ;
  • le renforcement des aides d’État aux refuges, la création des refuges publics en remplacement des fourrières.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s