Catégories
Europe & monde

Les cinq libertés fondamentales des animaux

Les cinq libertés ont été définies dans les années 1960 par le Farm Animal Welfare Council du Royaume-Uni, puis ont été mises à jour et sont maintenant comprises comme s’appliquant au bien-être de tous les animaux, pas seulement du bétail.

Les cinq libertés sont :

  • la liberté de manger à sa faim et de boire à sa soif, grâce à un accès facile à de l’eau et à un régime pour maintenir la santé et la vigueur ;
  • la liberté d’évoluer sans gène dans un environnement approprié ;
  • absence de douleur, de blessure et de maladie, par prévention ou diagnostic et traitement rapides ;
  • la liberté d’expression d’un comportement biologique et éthologique normal, en prévoyant un espace suffisant, des installations appropriées et un environnement propre à l’animal ;
  • absence de la peur et de la détresse, en assurant des conditions et un traitement évitant les souffrances mentales.

Les cinq libertés nous disent que nos animaux domestiques notamment ont cinq besoins en matière de bien-être : régime alimentaire, environnement, santé, compagnie et comportement.

Connaître et faire connaître ces cinq libertés fondamentales permettrait d’améliorer le quotidien des animaux qui partagent nos vies ou qui y contribuent, l’obligation de leur respect permettrait de statuer et légiférer sur leur non respect en donnant un cadre à la maltraitance.

Bien sûr, pour chaque animal, ces besoins seront satisfaits de différentes manières, car il convient de tenir compte des besoins propres et spécifiques de chaque espèce.

Il y a donc manifestement du travail à faire pour informer les propriétaires d’animaux domestiques entre autres sur les cinq dispositions / objectifs du bien-être et sur ce que cela signifie pour leurs responsabilités vis-à-vis de leurs animaux domestiques.

Quel que soit le type d’animal avec lequel nous interagissons, il est important de réfléchir à la manière d’assurer un bon bien-être en termes de santé, d’environnement, de régime alimentaire, de comportement et de compagnie.


Le Parti animaliste propose :

  • d’adosser à la Constitution française une Charte de la Protection animale reconnaissant le caractère d’êtres sensibles des animaux, leurs intérêts inhérents à cette qualité, et les responsabilités qu’ont l’État et les citoyens à leur égard et en faire ainsi une valeur fondamentale de notre état de droit ;
  • de créer un ministère de la Protection animale, comprenant aussi une direction consacrée à la protection des animaux aquatiques, afin de sortir la protection animale du ministère de l’Agriculture et de mettre fin au conflit d’intérêts qui lui est consubstantiel ;
  • de créer un statut juridique à part entière pour les animaux terrestres et aquatiques avec des règles propres à chaque catégorie (compagnie, dits de rente, sauvages).
  • de créer un Code de la Protection animale regroupant l’ensemble des dispositions protégeant les animaux ;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s