Catégories
Europe & monde

Suisse : vers la fin du broyage des poussins mâles ?

Peu de personnes connaissent cette pratique, pourtant généralisée : tout poussin mâle qui naît dans les élevages de poules pondeuses est euthanasié. Ne nous y méprenons pas, si le terme “euthanasier” peut laisser croire que la mort est faite dans le respect de l’animal, il n’en est rien. Les poussins sont généralement lancés vivants dans un broyeur.

Une fois n’est pas coutume, nous devons regarder du côté de nos voisins pour voir des prises de positions très fortes à l’échelon politique en faveur du bien être animal. Ces derniers jours, c’est en Suisse qu’un débat a vu le jour concernant l’interdiction de broyer des poussins mâles vivants.

Cette pratique, communément adoptée dans l’industrie agroalimentaire, est insoutenable. Les poussins mâles, ne pouvant pas pondre d’oeufs, sont considérés comme inutiles pour l’industrie : ils ne produisent pas d’oeufs, certes, mais seront également trop petits pour faire des poulets de chair, et donc trop coûteux à entretenir par rapport à leur éventuel coût de revient.

La solution que l’industrie a trouvé, faisant fi de toute empathie ou humanisme, a donc été de les tuer, principalement en les jetant vivants dans des énormes broyeurs. Pour information, cette pratique est légale en France et largement utilisée. A défaut de broyage, il existe d’autres pratiques comme le gazage ou l’étouffement, qui dénotent elles aussi du peu de considération que notre société apporte aux individus animaux non humains.

Partant de ce constat, la Suisse, pays largement avant-gardiste sur le bien-être animal (la protection de l’animal ou la dignité de la créature sont par exemple inscrits dans la Constitution), s’est emparée de cette question pour proposer d’interdire la pratique du broyage vivant, tout en favorisant le système de sexage avant naissance (ce système permet d’identifier, dans l’oeuf, le sexe de l’animal, permettant d’éviter ainsi de faire éclore des poussins mâles qu’on broiera juste après).

Le conseil national suisse s’est en effet prononcé il y a quelques jours en faveur de l’interdiction du broyage. S’il reste quelques étapes règlementaires avant que l’interdiction soit réellement promulguée, il fait peu de doutes quant à l’issue positive de cette proposition.

En France, comme souvent, nous accusons plusieurs temps de retard. Non seulement l’opinion publique n’est globalement pas au courant de ce qui se passe dans l’industrie, mais  nous ne nous emparons pas vraiment de ce problème, à l’exception de quelques associations bien sûr… et du Parti animaliste.

C’est seulement en soutenant le Parti animaliste dans ses propositions qu’une réelle alternative à grande échelle pour le bien-être animal pourra voir le jour en France.


Le Parti animaliste propose :

  • d’interdire le broyage des poussins et canetons ;
  • de créer une direction de la protection des animaux d’élevage au ministère de la Protection animale ;
  • d’interdire les mutilations (épointage du bec) ;
  • d’interdire toute possibilité d’abattre un animal sans insensibilisation préalable ;
  • d’interdire le gazage au CO2, utilisé notamment pour l’abattage des cochons mais aussi pour tuer les poussins mâles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s