Catégories
Europe & monde

Stérilisation des chats : l’exemple de nos voisins belges

Alors qu’en France, nous devons encore et toujours lutter contre la prolifération des chats errants et le manque d’information sur les bienfaits de la stérilisation pour les chats domestiques, un simple coup d’oeil sur ce qui se déroule en Belgique nous permet de garder espoir. Oui, il est possible de faire autrement.

La Belgique est l’un des pays les plus avancés en termes de droit et bien-être animal. Depuis plusieurs années, les trois régions de Belgique (Wallonie, Flandre, Bruxelles-Capitale) sont soumises à la même législation : tous les chats domestiques, errants, ou libres, doivent être à présent obligatoirement stérilisés.

L’intérêt d’une telle démarche est bien évidemment de lutter contre la prolifération des chats. Souvent mal comprise par l’opinion publique, l’absolue nécessité de stériliser les chats pour leur propre bien-être a donc été légalement instituée en Belgique.

Aujourd’hui, tout propriétaire de chat doit donc faire stériliser son félin. Mais cela ne s’arrête pas là : les communes sont aussi obligées de mettre en place des campagnes de stérilisation. Ces campagnes sont souvent menées en lien avec des associations de protection animale, mais également grâce à des systèmes de bons de réduction pour emmener son chat se faire stériliser chez un vétérinaire.

Une telle mesure détonne en Europe et particulièrement en France. Pourtant, toutes les associations de protection animale le clament haut et fort : endiguer la prolifération des chats errants par la stérilisation de tous les chats est non seulement nécessaire, mais elle est vitale pour la qualité de vie de ces animaux. En effet, bien souvent abandonnés dans des refuges ou à la rue, ils vivent une vie de misère et meurent prématurément (de faim, de soif, de froid, de maladies…).

Puisque nous parlons de la législation positive pour le bien-être animal en Belgique, nous pourrions également mentionner ces dispositions intéressantes qui visent à responsabiliser les propriétaires d’animaux :

  • mise en place d’un “permis obligatoire” pour adopter un animal en Wallonie, ce qui permettra d’empêcher toute personne ayant déjà commis des maltraitances ou négligences auprès d’un animal d’en posséder à nouveau ;
  • les chats (depuis 2017) et les chiens (en 2020) sont enregistrés et reliés à la carte d’identité de leur propriétaire, permettant une mise à jour automatique de l’identification de l’animal et donnant la possibilité de retracer rapidement la personne à qui appartient l’animal.

Ces dispositions montrent qu’une évolution positive forte est possible. Le chemin est long certes, mais nécessaire pour améliorer les conditions de vie des chats. Les exemples dont nous pourrions nous inspirer existent, les propositions du Parti animaliste existent aussi, alors, qu’attendons-nous ?


Le Parti animaliste propose :

  • l’incitation aux municipalités à mettre en place des espaces de vie pour les chats libres ;
  • l’encadrement strict de l’abandon licite en refuge ;
  • l’obligation de stérilisation des animaux de compagnie abandonnés pour les refuges et des animaux errants pour les collectivités ;
  • une réduction via crédit d’impôts pour encourager les propriétaires à faire stériliser leurs animaux ;
  • le renforcement des aides d’Etat aux refuges, via notamment la création de refuges publics en remplacement des fourrières ;
  • l’interdiction de la mise à mort d’animaux dans les refuges en dehors de l’euthanasie à des fins de soulagement de l’animal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s